RECYCLIX -A savoir

LA REVUE ÉCO POLONAISE ET LE MARCHÉ DE DÉCHETS PLASTIQUES

La sécurité environnementale est un des problèmes le plus urgent dans l’agenda du monde moderne. L’usage inefficace des ressources naturelles du monde, le progrès rapide des technologies, et la croissance massive des populations du monde mènent à de sérieux problèmes écologiques.

Auparavant la sévérité de ce problème n´était pas aussi évident qu’il l’est aujourd’hui car l’environnement pourrait utiliser le recyclage en soi jusqu’à un certain point, mais le rapide développement des technologies l’a rendu plus difficile. L’apparition de nouveaux matériaux, qui demandent des centaines d’années pour être complètement décomposé, rend impossible la lutte pour l’environnement. Aussi, le montant de déchets produits ces dernières années s’est multiplié.

Malgré tout, de nos jours chacun devrait voir les déchets comme une source de matériau brut réutilisable et peut être transformé en une grande variété d’outils et de biens utiles pour les gens.

Utiliser les déchets comme un matériau brut assure l’usage rationnel des ressources naturelles du monde et aide à faire diminuer la pollution et la contamination des eaux usées. La pollution de l’air peut diminuer de 70% à 80% et la contamination des eaux usées peut être diminuée de 30% à 35%. Globalement, la disponibilité du recyclage des matériaux bruts est plus haut que les matériaux classiques et la qualité est égale, sans parler des bénéfices du matériel recyclable pour la société.

La loi des déchets en Pologne depuis le 14 décembre 2012, le gouvernement gaspille autant les matériaux que les objets dont les propriétaires disposent, ont l’intention d’avoir ou doivent disposer.

La définition mentionnée plus haut signifie un manque de ressources dans la forme de matériau et des énergies que les gens ou les industries ont à disposition. La croissance du montant de déchets et sa liquidation a des conséquences drastiques sur l’environnement.

C’est pourquoi la politique de l’union européenne sur la sécurité écologique, et les politiques polonaises en tant que membre de l’organisation aussi, vise à diminuer l’influence négative des déchets sur l’environnement et la santé des citoyens et utiliser les déchets comme des matériaux réutilisablent de manière plus efficace afin de faire des bien recyclable et de créer de l’énergie.

Par exemple, chaque pays membre doit recycler au moins 50% de tous les déchets des produits domestiques jusqu’en 2020. L’organisation a aussi des demandes strictes en ce qui concerne les autres déchets. Au sujet de 70% tous les déchets de construction doivent être recyclés pour 2016 et au moins 45% des déchets électroniques doivent être recyclés pour 2020.

Selon les statistiques d’EUROSTAT, actuellement la Pologne recycle seulement 20% sur le montant total de déchet s domestiques produits. Les pays meneurs dans l’industrie sont les Pays -Bas avec 49% la Suède avec 48%, et le Luxembourg avec 47% La moyenne en Europe est de 32%.

La production et le recyclage de matériau polymer sont considérés comme la direction clé stratégique en Europe depuis que son développement et sa compétitivité influencent largement les secteurs gouvernementaux. Tout ca parce que ça apporte de l’innovation à de nombreux autres secteurs dans la vie du pays aussi: la gestion de l’environnement, l’agriculture, les énergies, l’électronique, l’industrie automobile, l’industrie de la construction, l’industrie du packaging, l’industrie médicale et ainsi de suite.

Aucun des secteurs mentionnés plus haut n’auraient atteint un taux de croissance aussi rapide s’il n’y avait pas eu les matériaux de polymer. La croissance économique et le développement innovateur en Europe et en Pologne ont été atteint principalement grâce à la bonne gestion de l’industrie et du recyclage commmercial de différents matériaux, dont le polymer qui joue un rôle important

La niche d’application des matériaux de polymer est étonnemment large et la demande continuera à grandir depuis qu’aujourd’hui la Pologne recycle seulement 20% sur le montant total de matériaux de polymer produit. Un autre fait intéressant que nous aimerions mentionner est que actuellement seulement 20% de tout le plastique dans le monde est recyclé tandis que le reste 80% est brûlé, polluant l’air ou stocké sur des terrains ou ensouvelis dans les océans ou lacs, contaminant l’environnement et gaspillant ses ressources naturelles et énergie. Le plastique peut être et doit être recyclé dans une grande variété de biens utiles et necessaires.

Regardons la charte de production globale des matériaux de polymer

L’union Européenne est la seconde et le leader est la Chine. Nous pensons que chacun devrait comprendre le montant total de déchets que les pays membres de l’Union Européenne produit, quels pays sont en haut du rating et combien de déchets produit la Pologne.

Tableau 1. Le montant total de déchets produits dans toutes les industries, en 2012, des milliers de tonnes.

EU – 28 2 515 110
GERMANY 368 022
FRANCE 344 732
ROMANIA 266 976
UNITED KINGDOM 241 922
POLAND 163 378
ITALY 162 765
BULGARIA 161 252
SWEDEN 156 367
NETHDERLAND 123 613
SPAIN 118 562

Ce tableau montre que la Pologne est dans le top 5 des pays concernant la production de déchets et elle recycle seulement 20% du montant total des déchets produits.

Repectivement, la Pologne possède un haut potentiel et de bonnes perspectives pour l’investissement dans le recyclage de déchets, ce qui devrait être vu comme une ressource de valeur qui peut être utilisée comme production d’une large tableau de biens, à lui seul il contribuue à l’environnement et à la santé des gens.

Nous pouvons et devrions faire face à ce problème aujourd’hui. La Pologne est un pays vraiment attirant en ce qui concerne le recyclage de déchets parce que le niveau de recyclage reste assez bas au niveau national et la majorité des déchets est stockée dans les sols, brûlée ou ensevelie. Dans ce cas, le recyclage de déchet et sa réutilisation, deviennent une solution bien plus viable économiquement et logiquement parlant.

La technologie innovatrice dans le recyclage de polymer peut nous aider à transformer les déchets dans une énergie alternative voire même du gaz. Ces technologies ne sont pas simplement profitable, elles aident aussi à diminuer l’influence humaine sur l’environnement.

C’est une voie vers la réussite qui apporte l’innovation et a une influence positive sur différents secteurs dans la vie du pays. De nombreux postes seront créés grâce à ca, aidant l’économie et la société, et une sérieuse menace écologique sera gérée, rabaissant l’influence hasardeuse sur l’environnement et la santé des gens.

Le secteur européen des polymères s’est fixé un objectif ambitieux: aucun déchet de polymère ne doit être enseveli après 2020. L’organisation PlasticsEurope, avec le soutien d’autres associations industrielles, a annoncé cet objectif en 2011 et appelé à une interdiction de la mise en décharge des déchets dans toute l’Europe.

Wilfried Haensel, directeur exécutif de PlasticsEurope a déclaré: « Le refus de mettre en décharge les déchets dans tous les pays d’Europe est réalisable. Les pays les plus développés ont pratiquement cessé de mettre en décharge les déchets de polymères, contribuant ainsi de manière importante à la protection de l’environnement ».

Si nous parlons de tous les pays d’Europe, 58% de la quantité total des déchets de polymère produits ont été recyclé, puis utilisé pour la restitution d’énergie. De cette manière, il reste encore beaucoup à accomplir pour atteindre le refus total de mise en décharge des déchets. Mais avant tout, nous devons répondre à ces deux questions: comment pouvons-nous atteindre cet objectif et comment pouvons-nous surmonter l’inégalité et l’irrégularité de la quantité de déchets de polymère recyclés dans les différents États européens ?

Ton Emans, qui a récemment été élu président de la société EuPR engagé dans le recyclage des déchets de polymère et dont le siège se trouve à Bruxelles, a déclaré: « Il s’agit d’un véritable défi, mais il est réalisable si nous effectuons des modifications applicables au secteur du recyclage. Par exemple, nous devons approuver la politique européenne sur le recyclage et encourager la séparation effective des différents types de déchets afin de fournir au secteur du recyclage des décehts de polymère une matière première de qualité. Ces changements cruciaux permettront d’augmenter l’efficacité de la gestion des ressources en Europe, de créer un grand nombre d’emplois, et de réduire les émissions de dioxyde de carbone grâce à l’utilisation des polymères recyclés ».

Il existe un écart de longue date entre les meilleurs et les pires pays européens vis-à-vis du recyclage des polymères. La situation s’est améliorée au cours des deux dernières années et la quantité de déchets de polymère recyclé est passée de 54% en 2009 à 58% en 2010.

Selon les données fournies par l’association européenne des organisations de recyclage et de valorisation des plastiques (EPRO), 16 États européens ont recyclé plus de 30 % des emballages en polymère en 2010. Cependant, la Bulgarie, la Grèce, Chypre et Malte restent encore en queue du peloton avec un traitement ne dépassant pas les 22 % du total des déchets d’emballage en polymère produits.

L’harmonisation de la législation des États de l’UE et le renforcement de la discipline conformément aux exigences des directives UE relatives au recyclage des déchets aideront à régler ce problème. L’organisation PasticsEurope fait appel tous les pays d’Europe et les exhorte à améliorer leurs politiques de recyclage des déchets et d’émuler la réussite des pays comme l’Allemagne, le Danemark, la Suède et l’Autriche, dans lesquels la mise en décharge des déchets a été considérablement limitée.

Avec certains problèmes dans la politique de gestion des déchets, il existe aussi des obstacles qui doivent être surmontés dans le secteur du recyclage. Jan-Erik Johansson, directeur du programme Resource Efficiency de PlasticsEurope, souligne qu’il existe des problèmes qui doivent être réglés dans différents domaines. Nous devons tenter de rassembler tous les déchets de polymère pour leur recyclage, tandis que durant le processus de recyclage, l’accent doit être placé sur la qualité des marchandises produites afin que les polymères secondaires puissent être utilisés de la manière la plus efficace possible. Le développement de marchés des marchandises recyclées est une nécessité.

Johansson a ajouté que si un État se trouve dans une situation économique et financière difficile, les organismes gouvernementaux doivent le soutenir afin de promouvoir et d’encourager des traitements plus avancés des matières secondaires.

« Le problème le plus courant est de capter les financements afin de créer des infrastructures nécessaires pour mettre sur le circuit économique les déchets de polymère, actuellement ensevelis dans les décharges. Selon une estimation approximative, le financement nécessaire s’élève à 8 milliards d’euros par an pour les 27 pays membres de l’UE, ainsi que pour la Norvège et la Suisse », a-t-il déclaré.

Ainsi, il reste encore beaucoup à faire avant 2020. Le transfert de technologie est un outil crucial et c’est la raison pour laquelle PlasticsEurope s’apprête à lancer un projet pour le développement de la coopération entre les organisations du secteur des polymères en France, Pologne, Espagne et au Royaume-Uni afin d’accélérer l’implémentation des nouvelles technologies de recyclage des déchets de polymère.

Bien que l’accomplissement de l’objectif d’ici 2020 soit une tâche vraiment difficile, la réussite du programme Vinyl 2010 démontre que les efforts conjoints de différents pays visant au recyclage des déchets de polymère contribuent réellement à obtenir les résultats nécessaires.

 

page-suivante

Partagez avec vos amis !

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail